Astuces

Improvisation théâtrale : repérer les émotions

Repérer les 6 émotions de base pour les évoquer et jouer avec le verbal et le non verbal pour improviser.

 

La peur
Elle met le corps en alerte maximale, prêt à fuir. Elle fait relever les sourcils, soulever les paupières supérieures en découvrant le blanc des yeux et en plissant le front, ouvrir la bouche et relever les lèvres, couler la sueur sur le front ou les mains.

Le cœur et la respiration courte s’accélèrent, le corps s’immobilise, le tonus musculaire augmente, la bouche est sèche, la peau pâlit car le sang qu’elle contient est détourné vers les muscles.

La colère
Elle met le corps en état d’agression. Les sourcils sont tirés vers le bas, provoquant des rides verticales au-dessus du nez, les yeux mi-clos semblent furieux, le visage devient rouge. La bouche reste fermée ou entrouverte, mais les lèvres retroussées découvrent les dents comme un animal prêt à mordre. Le coeur et la respiration ample s’accélèrent, le corps ramassé sur lui-même par des muscles tendus semble prêt à bondir.

Le dégoût
Il s’exprime souvent par des yeux fermés, les sourcils tombants, de gros plis sur le front et au dessus du nez, des pommettes et des joues bombées.

Les lèvres pincées peuvent laisser sortir le bout de la langue. La paume des mains se tourne vers l’avant, comme pour repousser un objet. Une sensation de nausée est par ailleurs possible.

La tristesse
Paupières baissées, les yeux rougis brillent ou larmoient. Seul l’angle interne des sourcils se soulève, alors que les coins de la bouche pointent vers le bas.

Le cœur ralentit, la respiration est ample et lente, entrecoupée de profonds soupirs et de petites inspirations très superficielles. Le corps plutôt immobile semble replié sur lui-même, le tonus musculaire est faible.

La joie
Un large sourire éclaire le visage et la lèvre supérieure retroussée découvre les dents du haut, sauf quand le rire ouvre grand la bouche et laisse voir toute la dentition. Les yeux mi-clos sont soulignés par des rides de la patte d’oie à leur angle externe et des poches sous la paupière inférieure. Les joues sont bombées par la contraction des muscles peauciers.

La respiration est lente et ample, entrecoupée de petites pauses, le rythme cardiaque est souvent accéléré.

La surprise
Les deux paupières grandes ouvertes laissent voir une large zone du blanc des yeux écarquillés.

La bouche est entrouverte par la contraction des joues et le retroussement de la lèvre supérieure, mais l’aspect est plus proche d’un sourire forcé que de l’expression de la peur. Après une brève accélération, le coeur ralentit rapidement alors que la respiration est brièvement bloquée en inspiration.

le mépris,
Comment la reconnaître ?
Un côté de la lèvre est légèrement tiré vers l’arrière (ou remonté). Ce mouvement de la lèvre peut être très subtile, apparaître et disparaitre très rapidement.
On parle également de micro-expression qui est une expression faciale succincte et inconsciente que le visage humain exprime en fonction des émotions vécues.

Elles apparaissent généralement lors de situations où les enjeux qui en découlent sont élevés, quand des personnes ont quelque chose à gagner ou à perdre.

À l’instar, des expressions faciales, il est très difficile de feindre ou d’imiter une micro-expression car celle-ci peut se produire en un temps très court, de l’ordre d’1/15 à 1/25 ème de seconde, ce qui la rend quasiment indétectable pour la très grande majorité des gens.

La projection par la pensée entraîne le trac et le stress

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − un =