Découverte

Relisons nos classiques pour improviser ! Keith Johnstone

Voila quelques principes proposés par Keith Johnstone pour mieux improviser. Donc inspirons nous de ces préceptes  du dieu de l’impro ! :

        • Raconter une histoire pour improviser :
          Quels sont les enjeux relationnels et dramaturgiques qui soutiennent les Comédiens et l’histoire ?. Plus ces histoires sont simples, plus celles-ci seront identifiables à titre personnel par les spectateurs.
        • Ne pas tenter d’être ni bon ni intelligent :
          Improviser, ça n’est pas du débat d’idée. Les Comédiens ne sont ni sensés discuter de leurs idées sur scène ni tenter d’avoir la « bonne idée ». En d’autres termes, il convient de chercher des moteurs de jeux dans le jeux physique, les émotions ou encore un aspect situationnel qui sera source d’inspiration à « la bonne idée ».  C
          ommençons par jouer et réfléchissons ensuite, les scènes seront bien plus efficaces.
        • Ne pas trop en faire :
          L’inconfort de savoir où l’on se dirige pousse bien souvent les Improvisateurs pour improviser un flot de parole. Des ribambelle de mouvements s’enchaînent à un rythme assourdissant. « Pas trop n’en faut ! » et c’est aussi valable en improvisation. Le plus important est de faire confiance au jeu d’acteurs qui est en train d’être produit, même si l’on en a pas conscience de prime abord.
        • Il faut être efficace pour que l’auditoire nous perçoive comme excellent.
          Il existe un joueur avec lequel les Comédiens doivent être en interaction permanente : le public !.  S’il n’est pas présent sur scène, il n’en représente pas moins le baromètre permanent sur lequel les Comédiens peuvent s’appuyer pour improviser.  C’est valable tant pour leur inspiration que pour leur confiance dans le jeu.
        • L’acteur doit prendre des risques et ne pas avoir peur de tomber en panne d’inspiration. Il est très rare que le public « condamne » un Comédien qui donne toute son énergie, même s’il rate une scène. Cela peut arriver mais doit tout de même représenter une petite partie du spectacle. Sans quoi le public aura mal pour nous !
        • L’acteur doit être conscient que les principes de l’improvisation sont l’exact contraire de ceux que l’on apprend dans la vie. Commencer par improviser et faire sans savoir où l’on va : Cela peut durer de longues minutes et s’oppose de façon radicale à notre façon d’être au quotidien.  Le résultat est toujours le même donc suffisamment de confiance et d’écoute permettront une écrite spontanée bien mieux réussie.
        • Craindre l’inconnu nous fait faire les plus grossières erreurs. Donc l’analyse de ces erreurs nous permet de progresser en improvisation théâtrale.  Il est fondamental de ne pas s’appuyer sur de l’acquis pour improviser. La nécessité de rechercher constamment sa zone d’inconfort nous permet d’évoluer. A chacun de connaître et donc de maîtriser son rythme de progression.

Et pour aller plus loin, allez la ou ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 4 =