Découverte

Macron devrait faire du catch littéraire !

Gageons que le retrait de l’homme chargé d’écrire les discours de Macron va plonger dans l’embarras leur équipe ; comment faire passer les messages à des gilets jaunes ?

Recommandons à notre président d’aller voir un catch littéraire, après tout la politique c’est du catch

Le principe est simple: deux catcheurs s’affrontent en direct à la création littéraire. Les catcheurs disposent de 3 minutes  pour écrire en direct un texte sur un thème imposé (érotisme, polar, politique, à l’eau de rose, …), 3 minutes pour écrire un poème, un début de récit, un manifeste… Le résultat? Un savoureux mélange entre un match d’impro, un catch et un concours d’écriture!

Ce concept appelé « La Lucha Libro » est né au Pérou en 2002 grâce à l’auteur Christopher Vasquez qui voulait faire connaître de jeunes auteurs en utilisant la popularité locale des matchs de catch.

Le rôle du public

Le texte est diffusé en temps réel sur un écran. Le public assiste donc en direct à l’écriture, intervient sur l’écriture à différents moments du match et décide par ses cris et ses huées du texte du vainqueur à la fin de la rencontre.

Déroulement d’un match de catch littéraire.

Sur scène, face public, 2 catcheurs masqués et costumés sont attablés.
Sur chacune des tables : un ordinateur sur lequel est ouvert un fichier texte vierge.
Les fichiers texte sont vidéo-projetés sur un écran dos aux catcheurs, face public.

Marguerite_Tarace_Stephen_Ring

Un arbitre aux cheveux gominés et à la verve acérée se charge de l’introduction et de la présentation des concurrents. Chronomètre dans une main et bâton de gong dans l’autre, il est également chargé de lancer les débuts et fins de manches.

Le match commence par 1 minute d’écriture libre. Chaque catcheur amorce alors un texte, thème et style de son choix.
À la fin de cette première manche, une contrainte est tirée au sort par le public.

Les contraintes sont nombreuses et touchent autant au fond qu’à la forme du texte. Exemples : la contrainte « Et avec ceci ? » > le texte est un dialogue avec la boulangère. La contrainte « Minitel rose » > le texte doit être érotique. La contrainte « Be Kind Rewind » > le texte doit être le récit inversé de la manche précédente. La contrainte « Obscure clarté » > le texte doit comporter au moins 3 oxymores. Etc.

UmbertoKO

Pendant la seconde manche qui dure 3 minutes, les catcheurs doivent continuer leur texte en y intégrant la contrainte.
Idem pour la troisième manche, ainsi que pour la quatrième et dernière manche.

Chaque catcheur est doté d’un super pouvoir qu’il peut déclencher à tout moment en criant « Chiasme ! » ou « Zeugme ! ». Ce super pouvoir est une contrainte infligée à son adversaire en plus de la contrainte tirée au sort.

{Les supers pouvoirs, au même titre que les costumes / attitudes / musiques d’entrée sur scène…, sont des attributs propres à chaque catcheur. Leurs looks, gimmicks, styles d’écriture et attributs font de chacun d’entre eux/elles des personnages bien à part, que le public a envie de supporter, huer ou épouser. C’est un peu comme les Spice Girls : y’en a qui kiffent Scary et qui ont du mal avec Baby, et y’en a qui sont in love de Ginger et puis c’est tout.}

Au « gong ! » final, après 10 minutes d’écriture, les catcheurs se lèvent, vont s’asseoir à la table de leur Némésis d’un soir, et lisent leur texte au micro.
Chaque texte lu, c’est l’heure des votes à mains levées.

pour épauler l’arbitre, un juge de ligne et un technicien opèrent dans l’ombre, toujours prêts à dégainer définitions de figures de style et petite musique stressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + 8 =